Comment rénover un sol abîmé ?

Comment rénover un sol abîmé ?

Un vieux revêtement de sol abîmé et démodé peut-il être rafraîchi rapidement et sans faire de grands travaux ? La réponse est oui ! Et l’effet de cette rénovation peut être vraiment étonnant.

Changer le revêtement d’un sol peut se limiter à nettoyer profondément, recouvrir voire remplacer la structure initiale. Dans ce dernier cas, il faudra souvent bien préparer le sol (réparer ou modifier la structure porteuse avant d’envisager une nouvelle pose.

A voir aussi : Rénovation de maison, par quoi commencer ?

Au moment de décider de rénover un sol abîmé; il faut avant tout déterminer quel nouveau type de sol on veut poser. De ce choix découle la méthode de préparation à la rénovation mais aussi un terrassement du niveau du sol, qui doit être identique dans toutes les pièces.

Évaluation des travaux de rénovation requis

Après avoir sélectionné le matériau du revêtement de sol, l’étendue des travaux préparatoires doit être déterminée. Il peut s’agir de laisser et de remettre à neuf l’ancien sol, ou de l’enlever et de le remplacer par un nouveau. Souvent, il sera également nécessaire de remplacer la sous-couche et de renforcer la structure de base.

A lire aussi : L’importance de faire appel à des plombiers professionnels

L’évaluation initiale de l’état du sol comprend la vérification de sa stabilité (pas de déviations perceptibles lors de la marche, pas de déformations aux endroits où les meubles sont installés) et de l’uniformité.

Vous pouvez tenter cette vérification par vous-même ou en faisant appel à un spécialiste qui viendra l’effectuer à l’aide d’une longue mire ou d’un niveau laser.

Bien entendu, l’état de surface est également important en termes d’adhérence du revêtement (par exemple, décollement de carreaux de céramique, douelles ou déformation de planches) ou d’endommagement local (fissures, cavités).

Dans le cas de substrats en bois (par exemple, planchers sur solives), exposés à l’humidité, au moins une découpe locale doit être effectuée pour évaluer l’état du bois en raison de la possibilité de croissance fongique.

Il faudra également déterminer le niveau admissible du sol par rapport aux autres pièces et la portée d’une éventuelle correction de la hauteur de la suspension de la porte, en assurant un jeu par rapport au nouveau revêtement.

Rénovation de sols abîmés

La possibilité de rénovation d’une surface endommagée par la surface du sol concerne, en principe, les sols en planches ou lattes de bois, les mosaïques, la terre cuite (tommettes) et parfois aussi les sols dits en panneaux stratifiés.

Sur tous les revêtements de sol en bois brut, il est possible d’effectuer une rénovation par un traitement bref mais intense.

L’effet final dépendra de leur état, de l’essence du bois et de la disposition des lames individuelles. Après avoir poncé, nivelé et nettoyé le parquet brut, vous pouvez le recouvrir de vernis ou le huiler.

Presque tous les sols ont des lacunes dans le revêtement, causées par des erreurs de fabrication ou des conditions d’utilisation.

Dans le cas d’un sol bois abîmé qui a déjà été poncé plusieurs fois, il est nécessaire de vérifier si les planches ont été trop rabotées.

Ce qui peut exposer les joints à rainure et les languettes ou réduire excessivement l’épaisseur lors de votre future rénovation.

Pour rénover un revêtement ancien en tommettes Provençales, il est possible de raviver les couleurs d’origine avec des traitements adaptés à cet élément naturel. Cela permettra bien sûr de combler les lacunes, mais également de nettoyer tomettes de façon durable.

Un maintien permanent de la qualité de ce revêtement poreux doit être effectué en raison des mouvements de l’argile lui-même et des charges qui y sont entreposées. En effet, ce matériau naturel peut bouger, se desserrer et s’effriter avec le temps.

Recouvrir l’ancien sol

Pour éviter l’enlèvement laborieux et onéreux des anciens revêtements de sol, il est souvent possible de limiter le travail à la pose d’une nouvelle couche de protection.

Ces possibilités sont offertes par des supports en bois fins (2 – 3 mm); stables (parquet, mosaïque, planches); et des sols en carreaux de céramique, en terrazzo ou recouverts d’un revêtement en PVC.

Le nivellement de la surface du sol en planches et parquet doit être obtenu par ponçage préalable qui enlèvera simultanément la couche de peinture, de vernis ou de cirage. Les évidements plus grands peuvent être lissés avec un mastic à bois.

Une fois que votre sol est préparé et séché, vous pouvez poser des panneaux bois ou stratifié; coller un nouveau parquet ou une nouvelle mosaïque.

Les sols avec revêtement PVC peuvent recevoir des lames collées ou une moquette roulée en pose directe, toutefois, si vous voulez ajouter du parquet massif ou du carrelage, il est préférable d’arracher l’ancienne surface.

De la même façon, des revêtements de sol en PVC ne doivent pas être installés sur des sols en bois, car ils empêchent l’humidité de s’évaporer, créant ainsi un revêtement étanche à la vapeur.

La pose de carreaux de céramique de type tomettes sur du bois est, en revanche, un peu plus problématique. Le bois « travaille » avec des changements d’humidité, ce qui peut entraîner un décollement des carreaux.

Cependant, certains fabricants de colles céramiques autorisent leur utilisation sur un support en bois, à condition qu’une couche supplémentaire renforcée d’un treillis en fibre de verre soit utilisée.