Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte écologique ?

Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte écologique ?

Le monde doit être alerté sur la situation mondiale concernant la pollution et la dégradation de la biodiversité. Le droit d’alerte se présente ainsi comme un levier pour protéger l’environnement.

Tout le monde doit être conscient de cette responsabilité. C’est ainsi que le lanceur d’alerte écologique est né. L’alerte va concerner la menace qui pèse sur l’environnement naturel où vit la population humaine.

A lire aussi : Pourquoi faire le choix d'une terrasse sur plot ?

Il peut réellement s’agir d’un danger qui aura un effet sur la santé des humains. Qui sont donc les personnes habilités à lancer ce genre d’alerte et dans quel domaine ? Pour en savoir un peu plus sur les lanceurs d’alerte écologiques, suivez cet article.

Définition d’un lanceur d’alerte écologique

Un lanceur d’alerte écologique définit une personne morale ou physique dénonçant la dégradation de l’environnement suite aux activités humaines ou aux phénomènes naturelles.

A voir aussi : Fin de la pompe à chaleur à 1€ : quelles solutions alternatives ?

Celui-ci est conscient de la menace qui pèse sur l’environnement. Il se sent donc obliger de prévenir, d’agir et de réagir face à l’urgence de la situation.

L’alerte peut être définie comme un signal, une alarme ou un avertissement pour stopper les activités nuisibles à l’environnement. Dans le cas où il s’agit d’un phénomène naturel, l’alerte a pour rôle de prévenir les dangers en adoptant des gestes plus responsables.

Les éléments concernés par une alerte écologique

Comme son nom l’indique, l’alerte écologique est en rapport avec le domaine de l’environnement. Par conséquent, les éléments de l’environnement sont donc les principales préoccupations de cet avertissement.

Les éléments de l’environnement sont en effet victimes de la pollution. Les conséquences peuvent être plus ou moins irréversibles sur les éléments tels que l’air, l’eau, le sol, les milieux naturels, les espèces animales et végétales, la biodiversité et les paysages. Le climat est également considéré comme un élément naturel.

Les risques potentiels sur les éléments de l’environnement

Les risques se divisent en deux catégories lorsqu’il s’agit de l’atteinte sur les éléments de l’environnement.

Les menaces naturelles sont entre autres les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les tempêtes ou les canicules.

Les catastrophes naturelles telles que les inondations ou les tremblements de terre sont également considérées comme des risques potentiels pouvant causer la dégradation de l’écosystème.

La deuxième catégorie de risques peut être issue d’un évènement anthropique. Ce dernier peut en effet porter atteinte à la santé des êtres humains. La sécurité de la population peut également être menacée par ces phénomènes.

Le but des alertes environnementales

Un lanceur d’alerte écologique agit pour la sécurité publique. Le principe consiste à prévenir les risques de toute nature. Il donne des informations tout en alertant la population sur les dangers dans le but de la protéger.

Les biens et l’environnement font également l’objet de protection contre les accidents, les sinistres et les catastrophes.

Les lanceurs d’alerte écologique mettent également en évidence les problématiques d’ordre sanitaire. Pour mieux expliquer ce secteur, prenons l’exemple de l’OGM ou Organisme Génétiquement Modifié.

Ce procédé fait l’objet d’un débat mondial à cause du danger qu’il représente sur la santé humaine et sur le plan environnemental.

Parallèlement à cela, les alertes environnementales peuvent se rapporter à la santé humaine. On peut notamment citer l’alerte à la pollution atmosphérique.

Dans ce cas, la pollution pourra causer des problèmes respiratoires. Suite aux lancements des alertes, des mesures doivent être prises de manière à ce que l’ampleur et les effets de la pointe de pollution soient limités.

Les lancements d’alerte peuvent aussi avoir pour but de protéger les ressources naturelles qui sont devenues rares ou impropres à certains usages.

C’est ensuite aux autorités administratives de prendre les mesures qui limitent ou suspendent provisoirement les usages de ces ressources. Ces dernières peuvent par exemple  concerner l’eau, la terre ou encore les arbres.

Parfois, ce ne sont pas seulement les ressources qui sont protégées par ces alertes. Les animaux et la végétation peuvent figurer dans la liste. En ce qui concerne les animaux, les autorités peuvent par exemple prolonger la durée des périodes d’interdiction de la pêche dans le but de protéger certaines espèces de poissons.

Pour le cas de la végétation, certaines espèces de plantes sont placées dans la liste des espèces menacées d’extinction ou vulnérables. Il est même possible de sortir une règlementation qui interdit la mise de ces derniers sur le commerce.

Les entités qui sont considérés comme des lanceurs d’alerte écologique

Le plus souvent, les alertes écologiques sont lancées par les associations qui œuvrent dans la protection de l’environnement. Lorsqu’il s’agit de la sécurité sanitaire, le rôle de l’Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation et celui de l’Institut national de veille sanitaire est évoqué.

Ces entités veillent sur la qualité des aliments. Lorsqu’elles détectent des anomalies pouvant porter atteinte à la santé de la population ou à l’environnement, elles se chargent du lancement des alertes. La pollution de l’air est également inclut dans les domaines à surveiller.

Les chercheurs et les scientifiques peuvent également lancer des alertes écologiques. Leur action peut être suite aux résultats de leurs recherches à propos de l’environnement.

Qu’ils agissent en leur propre nom, au nom des universités ou par l’intermédiaire des laboratoires, les menaces sont prises en compte par les autorités compétentes.