Qu’est-ce que le viager mutualise et qu’apporte-t-il ?

Qu’est-ce que le viager mutualise et qu’apporte-t-il ?

Le concept même du viager souffre d’une réputation pour le moins négative. En effet, le viager consiste en ce qu’un vendeur, le crédirentier, vende son bien immobilier à un débirentier pour une somme donnée lors de la signature. Toutefois, le vendeur continue d’occuper son bien, tout en percevant une rente qui peut être mensuelle, trimestrielle ou encore annuelle. Pour que le débirentier récupère le bien concerné, il doit attendre que son occupant décède, sous peine que l’ensemble des rentes ne finissent pas par dépasser la valeur originelle du bien.

Un tel concept est pour le moins pernicieux et assez mal perçu, et à raison. En effet, si dans l’application, il peut permettre à une personne âgée de profiter de quelques années plus confortables financièrement parlant, il mise également sur sa mort future. Ce qui est moralement critiquable. Toutefois, il existe une autre forme de viager, souvent méconnu, mais pour le moins intéressant.

A lire également : Diagnostic immobilier : comment bien le choisir ?

Qu’est-ce que le viager mutualisé ?

Lorsque l’on évoque le viager mutualisé selon Vitalimmo, on remarque qu’il se démarque beaucoup du viager dit classique. En effet, ce viager mutualisé permet de vendre son bien immobilier à un acheteur institutionnel solvable. Une vente qui se fait en échange d’un capital qui correspond à 100% de la valeur habitée du bien. Là où le viager mutualisé s’avère très intéressant, c’est avant tout pour son vendeur, ou crédirentier.

En effet, en obtenant directement 100% de la valeur habitée du bien, le crédirentier n’a pas à craindre qu’un débirentier individuel ne paye pas ses rentes. Cela lui permet d’éviter un stress qui, avec l’âge, n’est que plus néfaste. Ainsi, l’espérance de vie ne devient plus un pari ou une condition pour être sûr de ne pas vendre son bien inférieure de sa véritable valeur. Ainsi, vous pouvez profiter bien plus rapidement de la somme issue de la vente pour d’éventuels projets. Bien sûr, on peut relever bien d’autres avantages concernant ce viager pour le moins unique.

Lire également : Pourquoi confier l'estimation de son bien à un agent immobilier ?

Les principaux avantages du viager mutualisé 

Le premier avantage du viager est évidemment sa capacité à offrir aux retraités un soutien financier pour le moins conséquent, le tout sans les contraindre à abandonner leur logement. Cela permet donc de profiter pleinement de cette période de leur vie, et ce sans souffrir de difficultés permanentes liées à d’éventuels troubles financiers. Un avantage loin d’être négligeable puisque la retraite offre enfin une importante liberté propice à la réalisation des projets de longue date.

De plus, cette liquidité peut être transmise à un, ou plusieurs successeurs. En effet, transmettre un bien immobilier peut provoquer bien des conflits, bien des disputes et des désaccords. Ce qui est d’autant plus vrai lorsque le bien en question est réparti entre plusieurs héritiers. De ce fait, pour éviter les habituelles disputes liées à l’héritage, ou au moins les minimiser, le viager mutualisé constitue une très bonne option. 

Bien sûr, au-delà des projets personnels et des complications liées à la succession, le capital obtenu peut aussi être la source d’un nouvel investissement pour le moins intéressant. Ce dernier peut-être dans l’immobilier ou dans un véhicule ou dans tout autre bien. Le viager mutualisé peut être perçu comme un second souffle financier. Un second souffle qui permet notamment de subvenir à des soins médicaux qui deviennent toujours plus importants avec les années. 

Enfin, le viager mutualisé s’avère bien plus éthique que son équivalent bien plus commun. Il peut donc être bien plus facile à mettre en place et peut même être perçu comme une forme de solidarité. De plus, un capital complémentaire peut être versé si le retraité part bien plutôt que prévu. Même sur l’aspect financier, le viager présente quelques avantages.

Les différents avantages financiers du viager mutualisé

Le viager mutualisé est intéressant sur le plan financier, mais pas uniquement pour le capital qu’il apporte. En effet, il permet de profiter : 

d’avantages sur le plan fiscal : en effet, on peut noter une absence de fiscalité sur le capital versé lorsque ce même viager porte sur le logement principal. De quoi profiter pleinement de son capital, et ce sans contrecoup. Si ce viager porte sur une résidence secondaire, la fiscalité ne s’applique que si cette dernière n’est détenue que depuis moins de trente ans. De ce fait, le viager mutualisé est également intéressant sur les résidences secondaires pour le moins anciennes. 

d’éviter l’Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) : pour tous les foyers redevables d’un tel impôt, ils profitent d’un régime fiscal qui exclut l’IFI. Un autre avantage intéressant sur le plan financier.

de travaux et d’une assurance complètement pris en charge : enfin, l’un des plus grands attraits du viager mutualisé repose aussi sur le fait que l’ensemble des gros travaux sont pris en charge par les fonds Institutionnels. Cela permet de conserver son capital et de profiter du résultat des travaux une fois ces derniers terminés. De même les assurances d’habitation multirisques sont couvertes par ces mêmes fonds. Même la taxe foncière peut, en partie, profiter de cette prise en charge. Non seulement il est possible de récupérer un capital financier important, mais aussi de faire d’intéressantes économies.

Par ailleurs, dans le cadre de travaux, en tant qu’occupant, vous êtes toujours consulté au sujet des travaux d’améliorations. Des travaux qui sont décidés lors de la vente du bien immobilier concerné. Ces travaux potent le plus souvent sur les dépenses énergétiques du bien, dans le but de les réduire, mais aussi à des éléments de confort. Selon les agences, ces travaux peuvent également se concentrer sur le développement durable. Toutefois, même si les travaux ont pour vocation d’améliorer un logement, il est tout à fait possible de refuser leur réalisation. Cependant, les travaux qui sont liés à des obligations réglementaires et législatives pour la préservation de votre logement sont imposés. Soyez donc attentif avant d’accepter le contrat proposé.

Bien entendu, un viager mutualisé peut soulever bien des questions et des interrogations lors de son déroulement. On peut donc s’intéresser à quelques cas précis qui peuvent se poser.

La vente du logement

Lorsque le logement vous appartient pleinement, vous récupérez l’ensemble du capital lors de la vente. Toutefois, votre logement peut être réparti entre vous et de potentiels héritiers. Dans un tel cas, les cohéritiers peuvent renoncer à une partie, si ce n’est à toute leur part sur la vente du bien. Cela fait donc l’objet d’une créance qui est régularisée par le notaire par le biais d’une donation. Il s’agit de la méthode la plus simple et la plus rapide, une fois le capital obtenu, vous êtes parfaitement libre de le diviser, ou non, comme vous l’entendez. 

Bien sûr, il est aussi possible de payer aux différents héritiers leur part de la propriété lors de la vente. De ce fait, vous ne récupérez qu’une part du logement. N’hésitez pas à demander conseil afin de sélectionner la méthode qui convient le mieux à votre situation. 

S’absenter du logement

Comme mentionné ci-dessus, avec l’âge apparaissent les premiers problèmes médicaux handicapants. Cela peut impliquer un traitement, ou divers soins à domicile, mais aussi une hospitalisation temporaire, voire un séjour en maison de repos. Il est très important de retenir qu’un départ, même de longue durée de son logement, ne constitue pas un abandon. S’il est souvent préférable d’avertir l’institution, et ce pour éviter le moindre quiproquo et dissiper d’éventuels doutes, un départ n’équivaut pas à un renoncement. Seul un renoncement du droit d’usage devant un notaire, une démarche pour le moins officielle, s’avère définitif.

Dans le cas contraire, vous pouvez continuer à vivre dans le bien concerné, et le quitter pendant quelques jours sans la moindre crainte.